Côtes-d’Armor : les maisons anciennes flambent

0
228
Photo de Didier Provost sur Unsplash

Dans les Côtes-d’Armor, en Bretagne, les prix de l’immobilier continuent de grimper, en particulier ceux des maisons anciennes. Les bâtisses les plus chères se situent dans le nord du département et sur le littoral. Sur le podium on trouve les communes de Saint-Jacut-de-la-Mer, Lancieux et Pléneuf-Val-André.

La chambre départementale des notaires vient de dresser le bilan du marché de l’immobilier dans les Côtes d’Armor, en Bretagne. Basé sur des données récoltées du 1er septembre 2022 au 31 août 2023, ce rapport fait part d’une récession dans le secteur, dans la droite ligne de l’inflation. On note ainsi un net recul du nombre de transactions sur les 12 derniers mois.

Hausse globale de 4% des prix dans les Côtes-d’Armor

Dans les Côtes d’Armor, 14 000 biens (tous types confondus) se sont vendus entre août 2022 et septembre 2023. Ce qui correspond à un repli de 16%, qui pourrait s’accentuer d’ici la fin de l’année. Cette baisse des transactions s’explique principalement par la hausse continue des taux de crédit. Ceux-ci sont passés en trois ans de 1% à près de 4%.

La diminution des ventes immobilières serait aussi due à l’augmentation des prix. Les maisons anciennes, par exemple, coûtent 4,1 % plus chères que l’an dernier. Heureusement, le marché tend vers une stabilisation des prix, voire amorce une baisse. Aussi, les Côtes d’Armor restent le département le plus attractif de Bretagne. Donc les transactions devraient repartir à la hausse.

Plus forte progression pour Pleumeur-Bodou et Plouër-sur-Rance

Les logements anciens les plus chers du département se trouvent dans le nord et sur le littoral. Sur le podium on trouve la commune de Saint-Jacut-de-la-Mer où une maison neuve coûte en moyenne 490 700 euros. Elle devance Lancieux (487 800 euros) et Pléneuf-Val-André (390 000 euros). Suivent Saint-Cast le Guildo (390 000 euros) et Louannec (381 800 euros).

Le top 10 se compose aussi de Pleumeur-Bodou (354 800 euros), Binic-Étables-sur-Mer (320 000 euros), Fréhel (316 000 euros), Paimpol (312 300 euros) et Trégastel (309 800 euros). Les villes où les prix moyens ont le plus évolué sont Pleumeur-Bodou et Plouër-sur-Rance (classée 20e avec 270 000 euros). Elles ont enregistré une hausse de 18,2% sur un an.

Les Côtes-d’Armor, le département le moins cher

Malgré cette flambée, les Côtes-d’Armor se distinguent comme le département le moins cher de Bretagne sur les maisons anciennes. En effet, le prix de vente médian (entre 50% plus chers et 50% moins chers) s’élève à 179 000 euros. Le département est donc largement distancé par le Morbihan (240 000 euros) et l’Ille-et-Vilaine (246 400 euros).

En revanche, c’est le territoire qui affiche la plus importante augmentation des prix de logements en un an avec une hausse de 9,8%, contre 4,8% pour l’Ille-et-Vilaine et 5,8% pour le Morbihan. Si les prix évolueront globalement à la baisse, ceux sur le littoral devraient continuer de flamber. En cause, la rareté et la forte demande. Aussi, la clientèle est moins affectée par les coûts de crédit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.