Les résidences pour séniors, un marché en plein essor

0

La population française est vieillissante, c’est un fait. Et elle a de nouveaux besoins : liberté, lien social, proximité, bien-être, sans oublier la sécurité. Dans ce contexte, les résidences gérées pour personnes âgées autonomes se développent. Elles constituent une bonne alternative entre le domicile et l’établissement médicalisé. De plus en plus demandé, ce type d’hébergement connaît logiquement une forte croissance en France. Cela n’a pas échappé aux promoteurs qui s’engagent à livrer des résidences séniors en lien avec l’époque, comme Patrice Pichet, le fondateur et Pdg du groupe immobilier Pichet.

Le boom des résidences seniors

La France vit une explosion démographique des séniors. D’après les chiffres du ministère des Solidarité et de la Santé, les personnes âgées de 60 ans et plus sont au nombre de 15 millions aujourd’hui. Elles seront 20 millions en 2030 et plus de 24 millions à l’horizon 2060. Un phénomène qui s’explique par l’allongement de l’espérance de vie et par l’entrée des baby-boomers d’après-guerre dans le troisième âge.

Ces données démographiques s’accompagnent également d’un autre constat : les français vivent plus vieux, mais aussi mieux. En effet, les séniors sont plutôt en forme. L’âge moyen d’entrée dans les établissements pour personnes âgées dépendantes en témoigne. En moins de 20 ans, il est passé de 80,2 ans à 85,6 ans.

Une réponse à de nouveaux besoins

Les résidences services séniors (RSS) constituent une alternative aux Ehpad (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), maisons de retraite et autres foyers, pour des aînés qui ne peuvent ou ne souhaitent plus vivre chez eux, sans pour autant perdre leur indépendance. De plus, ces résidences gérées répondent à d’autres besoins des séniors d’aujourd’hui : l’autonomie, le bien-être, la proximité, le lien social et la sécurité.

On peut citer les Résidences Loreden construites par le groupe immobilier Pichet. Son fondateur et Pdg Patrice Pichet a en effet imaginé des logements collectifs qui améliorent le quotidien des plus âgés, grâce à des prestations adaptées à leurs besoins : aménagement ergonomique, espaces communs, panel de services, activités et animations en tout genre… Au nombre de neuf, ces résidences modernes construites aux abords des centres-villes permettent aux séniors d’évoluer dans un environnement sécurisé, propice aux échanges et à la convivialité.

Un marché dans lequel investir

Face à une demande croissante, l’offre en résidence gérées pour personnes âgées autonomes ne cesse de se développer. Entre 2019 et 2021, le parc RSS français a déjà augmenté de 170 unités, frôlant ainsi les 1 000 résidences. Selon les données de la société d’études Xerfi-Precepta (leader dans l’analyse économique sectorielle), le parc devrait atteindre les 1 147 résidences en 2023 et les 1 300 d’ici 2025.

Le besoin de logement est important dans les résidences séniors. C’est pourquoi réaliser un investissement locatif dans ce secteur peut s’avérer intéressant, notamment grâce à un rendement avoisinant les 4% HT/HT et un cadre fiscal avantageux. Avant tout achat, il convient toutefois de veiller à ce que la résidence corresponde bien aux besoins de ses futurs locataires. Elle doit être de qualité, favoriser les échanges, fournir sécurité et assistance ou encore se situer dans un quartier dynamique. Dès lors, il paraît indispensable de recueillir l’avis d’experts du secteur, comme le groupe immobilier de Patrice Pichet. 

La taxe foncière a fortement augmenté en 2022

0
Une propriété privée avec piscine.
Photo by DaYsO on Unsplash

 

Dans de nombreuses villes françaises, la taxe foncière a considérablement augmenté cette année. A Marseille, Tours et Strasbourg, elle a atteint respectivement 13%, 11% et 8,9%. Contre une hausse moyenne de près de 2% sur tout le territoire national.

Mantes-la-Jolie en tête des hausses 

Cette année, la taxe foncière a explosé dans de nombreuses villes et collectivités de France. Parmi les communes qui enregistrent une forte progression figurent Strasbourg et Nantes avec un taux respectif de 8,9 et 7,8 %. À Tours, la taxe foncière a augmenté de 11,6% en un an, et à Marseille, elle dépasse même 13%. Au niveau des collectivités, le record revient à Mantes-la-Jolie (Yvelines) qui enregistre un bond de près de 19 % depuis le début de l’année.

Le podium des hausses se compose aussi de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) et de Martigues (Bouches-du-Rhône) où la progression s’élève respectivement à 15% et 14,2%. Pour le reste, c’est un peu moins marqué, mais toujours aussi important. Par exemple Pantin (Seine-Saint-Denis) et Pau (Pyrénées-Atlantiques) affichent 10% de hausse. Quant à La Roche-sur-Yon (Vendée) et Montreuil (Seine-Saint-Denis), ils font part d’une progression de 7,9% et 7,4% depuis le début de l’année.

Deux facteurs à l’origine d’une hausse

En moyenne, la taxe foncière s’élève à près de 2 % sur l’ensemble du territoire français en 2022. Cette hausse s’explique par la revalorisation générale adoptée par le Parlement dans le cadre du budget annuel. Ce relèvement suit ou plus moins le cours de l’inflation qui a atteint 5,9 % sur un an en août, alors qu’elle n’était que de 0,2 % l’année précédente. La hausse de la taxe foncière est également due au choix des collectivités. Celles-ci peuvent décider indépendamment d’augmenter ou de réduire le taux appliqué sur leur territoire. Cette majoration influe énormément sur le cours de l’impôt du bâti.

Un taux d’imposition moindre dans les petites villes

Or, selon les chiffres compilés par le cabinet spécialisé FSL, plus d’un quart des grandes villes (de plus de 100.000 habitants) et leurs groupements ont relevé leur taux d’imposition de 1,9 % en 2022. C’est la plus forte augmentation constatée depuis 2010, même si elle intervient après cinq années de modération sur ce front fiscal. Pour les plus petites villes (de 40.000 à 100.000 habitants), en revanche, la croissance moyenne n’attend que 0,9 %. Notons en outre que le montant de la taxe foncière peut varier en fonction des travaux d’aménagement ou d’agrandissement d’une habitation. Il peut s’agir par exemple de l’installation d’une piscine.

Le Fisc traque les piscines non déclarées

La Direction générale des Finances publiques (DGFIP) a d’ailleurs récemment déployé des logiciels d’intelligence artificielle sur des images aériennes pour détecter les piscines non déclarées. Cette traque aurait permis de recenser 20 000 piscines supplémentaires dans les neuf départements où l’expérimentation a eu lieu. Ce sont : les Alpes-Maritimes, l’Ardèche, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Savoie, le Maine-et-Loire, le Morbihan, le Rhône, la Var et la Vendée. Le Fisc compte désormais généraliser sa technique à l’ensemble des départements hexagonaux. Il réfléchit même à son extension à d’autres formes de bâti non déclaré comme les grands abris de jardin et les grandes dépendances.

Rentrée scolaire : moins de dépenses cette année

0
Dans enfants dans une classe.
Photo by CDC on Unsplash

 

Malgré l’inflation, les dépenses pour la rentrée scolaire 2022 vont baisser de 2,64% en moyenne. C’est ce qu’indique une enquête de la Confédération syndicale des familles (CSF) auprès de 109 familles adhérentes.

Alors que les vacances se terminent, la Confédération syndicale des familles (CSF) publie une enquête réalisée auprès de 109 familles adhérentes sur la rentrée scolaire 2022. Il ressort de cette étude que les dépenses pour les fournitures vont baisser de 2,64% cette année. Et cela malgré l’inflation qui a atteint +6,1% sur 1 an en juillet, d’après des chiffres de l’Insee.

Les fournitures moins touchées par la flambée des prix

Dans le détail, le budget moyen pour un enfant en CP s’établit à 162,64 euros, en baisse de 9,97% par rapport à la rentrée 2021. Celui des enfants des autres classes de primaire chute de -8,81% pour se fixer à 218,17 euros. La tendance baissière s’observe aussi chez les collégiens avec 359,90 euros de dépenses cette année (-6,26%) pour un élève de sixième et 357,87 euros (-3,83%) pour celui de quatrième. Au lycée, la réduction des charges s’avère moins importante. En effet, le budget moyen s’élève à 414,87 euros pour un élève de seconde (-2,49%), par exemple. Ce recul peu marqué s’explique par les achats incompressibles, notamment la calculatrice et l’ordinateur.

La réduction des dépenses pour cette rentrée 2022 étonne d’autant que l’inflation touche la plupart des produits dans le commerce. On pense en particulier aux produits alimentaires, dont les prix ont augmenté en juillet de 1% et de 7,2% sur un an, selon l’indice des prix publié par l’Insee le vendredi 12 août. En tête des hausses se trouvent les pâtes, le café et l’huile d’olive. Mais, l’inflation touche moins les fournitures scolaires. Les augmentations sont de l’ordre du centime grâce à la possibilité d’acheter un élément dans un paquet.

Un tri des dépenses renforcé

Outre le prix, la réduction du budget de la rentrée scolaire 2022 provient d’un changement des habitudes de consommation des Français. En effet, les familles privilégient désormais la réutilisation des anciennes fournitures (livres, traceuses, calculatrices, etc.) dans un esprit écolo-économe. Aussi, s’adonnent-elles davantage à la chasse aux promotions et à la ruée vers les boutiques ou marques les moins chères. En outre, elles mettront une croix cette année sur certains achats, en raison d’une amélioration de la situation sanitaire. Il s’agit principalement des achats de masques et de gel hydroalcoolique.

Par ailleurs, selon le dernier baromètre de Cofidis, les familles prévoient de dépenser moins pour l’habillement de leurs enfants (57% des interrogés) et pour les activités extra-scolaires (39%), bien qu’il soit important pour eux de bien se vêtir ainsi que s’épanouir à l’école. Après tout, il est question de faire des économies dans un contexte inflationniste… Les ménages français sont aidés en cela par le gouvernement, qui a versé l’allocation de rentrée scolaire à trois millions de familles. Cette année, le montant a été revalorisé de +4%. La CSF salue cet effort, mais le juge insuffisant.

Guillaume Dirrig nommé directeur des ventes de Nissan West Europe

0

Après 15 ans de carrière chez le constructeur automobile Nissan, Guillaume Dirrig a été directeur des ventes de Nissan West Europe le 1er juillet dernier.

Guillaume Dirrig a commencé sa carrière chez Ford en 1990. Ce diplômé de l’Ecole de commerce de Brest y a occupé différentes fonctions à l’après-vente, aux ventes, à la relation clients et au développement réseau. Un parcours qui lui a permis d’emmagasiner beaucoup de savoir-faire dans la vente automobile.

En 2007, Guillaume Dirrig rejoint le constructeur automobile japonais Nissan en tant que directeur du développement réseau. Deux ans plus tard, il est nommé directeur après-vente et service de Nissan France. Poste qu’il a conservé jusqu’en 2014. Il est alors devenu directeur régional des ventes pour l’Europe centrale, le Royaume-Uni et la Russie.

L’expert change ensuite de poste en 2015 pour occuper la direction générale du développement des affaires et du marketing de Nissan Europe. Trois ans plus tard, Guillaume Dirrig prend la direction du marketing de Nissan au Benelux. Une fonction qu’il exercera durant cinq ans. De 2020 à 2022, il est directeur de la performance des ventes de Nissan Europe.

Le 1er juillet 2022, Guillaume Dirrig a donc été nommé directeur des ventes de Nissan West Europe. Il succède ainsi à Guillaume Barbet, promu directeur marketing et ventes planification et performance de Nissan pour la région Afrique, Moyen-Orient, Inde, Europe et Océanie. En plus de sa nomination, Guillaume Dirrig rejoint le comité de direction de Nissan West Europe

 

 

La plateforme de seconde main Depop change de direction

0

Dimanche 21 juillet, la plateforme anglaise de seconde main Depop a annoncé la nomination de Kruti Patel Goya au poste de Présidente-directrice générale. Elle remplace Maria Raga, qui démissionne pour se consacrer à des projets personnels.

Changement de direction chez Depop. Le 21 juillet dernier, la plateforme anglaise de seconde main a annoncé se séparer de sa Présidente-directrice générale Maria Raga. C’est Kruti Patel Goya qui a été nommé pour reprendre les rênes.

L’actuelle PDG a préféré quitter l’entreprise pour développer ses propres projets personnels. Maria Raga restera toutefois chez Depop à titre consultatif jusqu’au 30 septembre 2022 afin de « faciliter une transition en douceur », a précisé l’entreprise dans un communiqué.

Kruti Patel Goya prendra ses fonctions le 12 septembre 2022. Auparavant, elle avait occupé divers postes de direction au sein de la plateforme américaine d’e-commerce pour les créateurs indépendants Etsy et avait notamment collaboré avec Maria Raga. Acquise en 2021 par Etsy, Depop est « encore au début de son cycle de croissance », déclare Josh Silverman, PDG d’Etsy.

« En l’espace de huit ans, mes équipes et moi-même avons réussi à faire évoluer Depop. Cette petite entreprise est aujourd’hui une part de la House of Brands d’Etsy. Je suis enthousiaste à l’idée de passer le relais à quelqu’un qui pourra élever Depop au niveau supérieur », a confié Maria Raga.

En parallèle de la nomination de Kruti, le groupe a promu Nick Daniel, actuel vice-président de la gestion des produits chez Etsy, au poste de chef des produits. « L’arrivée de Kruti et de Nick dans ces nouveaux rôles reflète nos efforts pour développer un réservoir de talents et de leadership à travers notre House of Brands », conclut Josh Silverman.

Football : Alison Brittain, première femme à la tête de la Premier League

0

Alison Brittain a été élue présidente de la Premier League, la plus importante compétition de football en Angleterre. La nomination d’une femme à ce poste est une première.

C’est tout simplement du jamais vu sur la planète foot. Mardi 26 juillet, Alison Brittain, 57 ans, a été élue présidente de la Premier League. Une femme va donc diriger le championnat de football le plus réputé au monde. Sa nomination a été entérinée à l’unanimité par les 20 clubs de l’élite anglaise.

Elle succèdera début 2023 à Peter McCormick, le président par intérim depuis janvier suite à la démission de Gary Hoffman, vivement critiqué pour sa gestion du rachat du club de Newcastle par un fonds d’investissement public saoudien. Alison Brittain quittera donc la direction générale de Whitebread, un groupe d’hôtellerie et de restauration. « Je suis une fan de football depuis l’enfance et je suis absolument ravie d’être désignée Présidente de la Premier League », a-t-elle expliqué dans un communiqué.

« Alison a eu un impact positif sur toutes les organisations auxquelles elle a appartenu (…) Elle a un bilan excellent dans les affaires, concrétise les projets avec un style pragmatique, et elle est respectée et appréciée dans tous les secteurs où elle a travaillé », a souligné le directeur général de la Premier League Richard Masters.

 

Matt Hicks prend les rênes de Red Hat

0

Le 13 juillet dernier, Matt Hicks a été nommé PDG de Red Hat, le géant des solutions open source. Il succède à Paul Cormier, qui présidera désormais le conseil d’administration.

Passation de pouvoir chez le poids lourd des solutions open source Red Hat. La filiale d’IBM a annoncé, le 13 juillet dernier, la nomination de Matt Hicks comme nouveau PDG.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Matt Hicks a su gravir les échelons. Entré comme simple développeur chez Red Hat, il a su faire ses preuves et monter rapidement en grade jusqu’à devenir président exécutif des produits et de la technologie. Un poste dans lequel il gérait l’ingénierie et la stratégie de l’ensemble des produits (Red Hat Openshift, RHEL, la gamme middleware, OpenStack et Ansible).

« Je suis humble et plein d’énergie pour assumer cette fonction. Il n’y a jamais eu de moment aussi excitant pour être dans notre industrie et l’opportunité devant Red Hat est immense. Je suis prêt à retrousser mes manches et à prouver que la technologie open source peut vraiment libérer le potentiel mondial », », indique le nouveau Président-directeur général.

Matt Hicks vient remplacer Paul Cormier, PDG de l’entreprise depuis 2020. Ce dernier a été l’un des grands artisans de la transformation de Red Hat, de simple système d’exploitation à la pile informatique complète connue aujourd’hui, ainsi que du passage au modèle de souscription avec RHEL.

Le PDG d’IBM Arvind Krishna se dit très satisfait de l’arrivée de Matt Hicks : « L’expérience approfondie de Matt et sa connaissance technique de l’ensemble du portefeuille de Red Hat font de lui le leader idéal alors que Red Hat continue de croître et de développer des logiciels innovants et leaders du secteur ».

 

Laurent Guillot est le nouveau directeur général d’Orpea

0

Laurent Guillot a été nommé directeur général du groupe d’Ehpad Orpea le 1er juillet dernier. Il remplace Yves Le Masne, démis de ses fonctions en janvier suite à la publication du livre-enquête « Les Fossoyeurs ».

Ça bouge chez Orpea. Dans la tourmente depuis la sortie du livre-enquête « Les Fossoyeurs », le groupe d’Ehpad privé a nommé, vendredi 1er juillet, Laurent Guillot au poste de directeur général. Le nouveau patron, qui a effectué l’essentiel de sa carrière chez le fabricant de matériaux de construction Saint-Gobain, aura pour mission de mener la transformation d’Orpea.

« Agé de 52 ans, manager expérimenté, Laurent Guillot sera notamment chargé d’élaborer et de mettre en œuvre le plan d’amélioration et de transformation destiné à construire le nouvel Orpea », précise un communiqué du groupe. Orpea est un géant du secteur des Ehpad qui gère plus de 350 établissements pour personnes âgées dépendantes en France.

Laurent Guillot vient remplacer Yves Le Masne, démis de ses fonctions en janvier après la parution des Fossoyeurs. Cette enquête du journaliste Victor Castanet dénonce une maltraitance des résidents, un usage abusif des fonds publics des manquements en matière sociale ou encore des conflits d’intérêts. Philippe Charrier, président non exécutif du conseil d’administration d’Orpea, avait alors repris la direction générale par intérim. Il continue d’assurer la présidence du groupe.

Jean Castex nommé à la tête de l’Afitf

0

Ce jeudi 28 juillet, Jean Castex à été nommé à la tête de l’Agence de financement des infrastructures (Afitf). La candidature de l’ancien Premier ministre français a été validée à l’unanimité par les sénateurs de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire.

Le 7 juillet dernier, le président de la République française avait proposé la nomination de Jean Castex au poste de dirigeant de l’Agence de financement des infrastructures (Afitf). Emmanuel Macron souhaitait que l’ancien Premier ministre remplace Christophe Béchu, le nouveau ministre de la Transition écologique.

Cette demande vient d’être validée par les commissions du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale et du Sénat. Côté Sénat c’est l’unanimité. Une nomination validée toutefois avec circonspection par les députés (26 voix pour, 10 contre, 13 abstentions).

Afin de convaincre les assemblées, Jean Castex a bien évidemment défendu le bilan de son gouvernement. Il a notamment prôné la mixité des modes de transports et donc les investissements dans le rail et la route pour décarboner.  « Tantôt on me présente comme un fervent défenseur du train, ce qui est exact et revendiqué, et tantôt comme un chaud partisan de la route. Je pense qu’il faut les deux. Pour désenclaver les territoires, nous devons investir dans la route », a-t-il insisté.

Le nouveau patron de l’Afitf dispose d’un budget de 14,3 milliards d’euros pour la période 2023-2027. « Ma priorité sera de garder un panier de ressources qui nous permette d’atteindre nos objectifs, en s’appuyant sur des recettes affectées et des crédits budgétaires, et de gérer le temps long, c’est-à-dire des investissements pluriannuels », a assuré Jean Castex.

Malakoff Humanis noté A+ par S&P et Fitch

0
Un couple avec leur bébé.
Photo by Kenny Eliason on Unsplash

 

Malakoff Humanis a reçu la note A+ assortie de la perspective « stable », à l’issue d’une évaluation par S&P Global Ratings et Fitch Ratings. Les deux agences de notation relèvent une rentabilité conforme à son statut paritaire, ainsi que l’excellence de sa politique ESG.

Pour la première fois, S&P Global Ratings et Fitch Ratings ont analysé, le 18 juillet 2022, la solidité financière de Malakoff Humanis (MH). Les deux agences de notation ont attribué au groupe la note A+ assortie de la perspective « stable ». Elles relèvent d’emblée une conformité de son niveau de rentabilité avec son statut paritaire et mutualiste, ainsi qu’une concordance avec ses valeurs et ses engagements. Elles louent également la force et l’efficacité de son modèle de capital basé sur les facteurs prismatiques (FBM) avec une hausse des taux d’intérêt pour les adhérents. Malakoff Humanis a donc une faible rentabilité.

Meilleure note sur le critère social

Aussi, le rendement des capitaux propres (ROE) du groupe a augmenté à 4,1 % en 2021 (2020 : -2,8 %), contre une prévision d’environ 2 % à 3 %. S&P Global Ratings et Fitch Ratings relèvent toutefois un risque d’investissement élevé dû à sa forte exposition aux actions. Cette rare pratique sur le marché français ne nuirait pas matériellement au profil de crédit du groupe compte tenu de sa très forte capitalisation. En outre, les agences mettent en avant l’excellence de la politique ESG de Malakoff Humanis, seul assureur français à se voir attribuer la meilleure note sur le critère social. L’évaluation souligne le fait que les sociétés affiliées soient liées par des mécanismes de solidarité, jugés « solides et efficaces ».

Validation de la pertinence de sa stratégie

Selon S&P Global Ratings et Fitch Ratings, « les notes A+ » reflètent le fort positionnement de MH sur le marché français. Le groupe est particulièrement fort en assurance santé et prévoyance collective, où il occupe une position de leader avec 6,5 milliards d’euros primes émises en 2021. Satisfait de cette évaluation, Thomas Saunier, Directeur Général de Malakoff Humanis, avance que « la notation A+ souligne la solidité du Groupe et conforte la pertinence de sa stratégie ». Elle validerait également un modèle pérenne répondant « aux enjeux de notre société avec un juste équilibre entre rentabilité et redistribution ».

Une stabilisation de la rentabilité en vue

Au cours des deux prochaines années (2022-2024), S&P Global Ratings et Fitch Ratings prévoit que la rentabilité de Malakoff Humanis se stabilisera. Aussi, elles s’attendent à ce que l’adéquation du capital du groupe reste confortablement au-dessus de « AAA » à l’horizon avec des perspectives positives. Et cela malgré des taux d’intérêt plus élevés et des marchés boursiers plus bas. Les analystes espèrent cependant que la mutuelle apportera un soutien financier à 100% à ses filiales. Parmi lesquelles Malakoff Humanis Prévoyance, Mutuelle Malakoff Humanis et Quatrem. Ces noyaux entités de MH couvrent 10 millions de personnes et 426 000 entreprises en France.

DOSSIERS

Un couple avec leur bébé.

Malakoff Humanis noté A+ par S&P et Fitch

  Malakoff Humanis a reçu la note A+ assortie de la perspective « stable », à l'issue d'une évaluation par S&P Global Ratings et Fitch...

PORTRAITS

Guillaume Dirrig nommé directeur des ventes de Nissan West Europe

Après 15 ans de carrière chez le constructeur automobile Nissan, Guillaume Dirrig a été directeur des ventes de Nissan West Europe le 1er juillet...