France : l’industrie du masque au ralenti

0
131

Les consommateurs délaissent les fabricants français au profit des étrangers. Plusieurs usines très sollicitées au fort temps de la pandémie du Covid, se retrouvent de fait en situation de sous-exploitation.

Le Made in France tant chanté par les officiels français, dont le président Emmanuel Macron, serait-il en péril ? À l’évidence oui, en ce qui concerne les masques. Cette protection devenue essentielle durant la pandémie du Covid est désormais de moins en moins produite en France, à en croire plusieurs acteurs de la filière.

À peine 20% de la trentaine de producteurs recensés entre 2020 et 2021 pour une production hebdomadaire alors chiffrée à 100 millions, reste en activité sur le territoire hexagonal aujourd’hui, selon le Syndicat des Fabricants français de masques (F2M).

Le consommer-local à la peine

Paradoxalement, cette situation n’est pas due à une quelconque incapacité de la part des acteurs concernés. D’autant que de nombreux efforts avaient été déployés par les pouvoirs publics en 2020 afin de doter la France d’une capacité de production efficiente, susceptible de lui éviter l’humiliation d’avoir à quémander des masques, comme ce fut le cas au début de la pandémie un peu partout à travers le monde.

Il s’agit d’un délaissement de la production française. La fin des restrictions sanitaires institution l’obligation du port du masque influe sur le peu d’attrait suscité par ce dernier auprès du public. Mais il existe toujours un marché spécifique pour les masques en France, avec des acheteurs constitués notamment d’organismes privés et publics.

Hélas, ces consommateurs préfèrent les masques provenant de l’extérieur, réputés relativement moins cher que ceux produits sur le territoire. En témoignent les 199 millions de masques FFP importés entre août 2021 et août 2022 contre 49 millions seulement exportés sur la même période, selon les données des douanes, consultés par le média Usine nouvelle.

L’occasion de reprendre du service

L’État a pourtant instauré depuis 2021, la préférence européenne pour l’acquisition de produits sanitaires, dont les masques. Sans succès, à en juger par la situation actuelle du secteur. C’est d’autant plus pénalisant pour l’industrie française que le port obligatoire du masque pourrait revenir à l’ordre du jour face au reflux du Covid constaté depuis quelques semaines.

Les fabricants tricolores décidés à ne pas rester en marge, alertent donc les autorités sur leur sort. Ils exhortent notamment à sanctionner les établissements qui foulent au pied la préférence européenne. De nombreuses autres réflexions sont également en cours pour doper la consommation locale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.