Les variants du coronavirus se multiplient

0
513

Une nouvelle souche du SARS-CoV-2 vient d’être découverte en Allemagne, portant désormais le nombre à quatre variants connus. De quoi inquiéter autorités et épidémiologistes plus que jamais en alerte.

A chaque semaine, une nouvelle mutation du coronavirus. Le virus déjà responsable de plus de deux millions de morts à travers le monde semble insaisissable. Après les variants sud-africain, britannique et brésilien, une nouvelle souche a été identifiée en Allemagne, plus précisément en Bavière auprès d’une trentaine de personnes au moins. Cela fait désormais quatre souches connues de ce virus. À l’heure d’une deuxième vague qui n’épargne presqu’aucun pays européen, l’angoisse est à son comble chez les spécialistes et les autorités. La situation est d’autant plus préoccupante que certains de ces nouveaux variants sont réputés plus transmissibles que la souche originale du virus. C’est le cas notamment de celui britannique, responsable désormais la grande majorité des cas de contamination détectés au Royaume-Uni. Si le scénario de contamination massive en cours outre-Manche se produit en France, les hôpitaux pourraient très rapidement être débordés. Les chiffres prévisionnels parlent d’au moins 50 000 nouvelles personnes contaminées par jour à la mi-mars. L’utilisation de certains masques – en tissu notamment – est déconseillée depuis lundi dernier et la distance de sécurité s’établit non plus à un mètre, mais à deux.

Pourquoi cette multiplication des variants ? Si les spécialistes semblent préoccupés par l’ampleur de la situation, ils ne sont en revanche pas surpris de ces nombreuses mutations. Contrairement au virus de type AND, le Covid-19 de la famille ARN, est davantage perméable aux variants, en raison de ses caractéristiques. Et plus le virus se transmet, plus il est susceptible de muter, à en croire les épidémiologistes. Ces derniers font toutefois remarquer que le coronavirus mute finalement malgré tout comparé au virus de la grippe par exemple.

Les vaccins restent efficaces pour l’heure

Il émerge néanmoins de cette multiplication de variants, un brin d’optimisme de la part des spécialistes.  En effet, le virus a déjà muté à de nombreuses reprises depuis son apparition à Wuhan. Ce qui suppose selon certains, que l’on pourrait avoir affaire in fine, à un coronavirus ultime certes plus transmetteur mais avec un degré de dangerosité sensiblement égal à celui de la souche originale. Une hypothèse nourrit par la logique évolutive du virus. Aussi, les vaccins restent efficaces contre la mutation britannique. C’est bien moins le cas pour les variants sud-africain et brésilien, mais il n’y a guère pour l’heure, aucune raison de s’inquiéter d’une baisse drastique de l’efficacité des vaccins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.