Le patron de Philip Morris prévoit la fin de la cigarette d’ici 10 à 15 ans

0
109

André Calantzopoulos, le PDG de Philip Morris International (PMI), leader mondial de l’industrie du tabac, a estimé lors d’une conférence la semaine dernière que « les ventes de cigarettes peuvent cesser d’ici 10 à 15 ans dans de nombreux pays », à condition que les gouvernements prennent des mesures adéquates et encouragent le développement d’alternatives à la cigarette.

« Avec le cadre réglementaire adéquat et le soutien de la société civile, nous pensons que les ventes de cigarettes peuvent cesser d’ici 10 à 15 ans dans de nombreux pays », a indiqué jeudi dernier André Calantzopoulos à l’occasion du Sommet de Concordia, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies. Selon lui, « un monde dans lequel les cigarettes sont obsolètes est à portée de main ».

Depuis plusieurs années, Philip Morris, comme d’autres industriels du secteur, promeut activement la fin de la cigarette et cherche à faire basculer son modèle économique à destination d’alternatives moins nocives que la cigarette et commercialisées dans le cadre du sevrage tabagique. PMI est notamment le leader mondial du tabac à chauffer avec son dispositif IQOS, qui chauffe sans brûler des capsules de tabac.

André Calantzopoulos est revenu sur les alternatives à la cigarette comme la cigarette électronique ou le tabac à chauffer en reconnaissant que « ces produits ne sont pas sans risque » mais, selon lui, elles apportent des réponses et de l’aide aux fumeurs qui ne peuvent pas arrêter la cigarette par eux-mêmes.

« Il est toujours mieux de ne jamais commencer à fumer ou d’abandonner complètement le tabac et la nicotine », a-t-il insisté, avant de préciser que les substituts à la cigarette peuvent aider à l’accompagnement du sevrage et que les organismes de santé et les associations de lutte contre le tabagisme, qui font « une certaine résistance idéologique », devraient davantage les incorporer à leurs programmes.

Philip Morris International a investi 6 milliards de dollars au cours des dix dernières années pour le développement d’un dispositif de tabac à chauffer, l’IQOS, qui chauffe du tabac à une température de 350°C, suffisante pour générer de la vapeur de tabac, mais pas pour entrainer la combustion du tabac et du papier (une cigarette brûle à une température de 900°C). Selon PMI, ce dispositif permet de limiter de 90% à 95% les inhalations de produits toxiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.