Coronavirus : effets sur les bourses, réaction de la banque centrale chinoise et mesures de restrictions

0
222
Des buldings de la métropole chinoise de Shanghaï.

 

Dans un climat chahuté par le coronavirus, les bourses chinoises se remettent progressivement de leur plongeon quand la banque centrale prend ses dispositions. Dans le même temps, Pékin continue de prendre des mesures de restrictions pour endiguer la progression de l’épidémie.

La banque centrale chinoise a décidé d’intervenir pour limiter les pertes liées au coronavirus qui continue de faire des décès et de se propager. Elle va baisser ses taux et injecter de la liquidité dans l’économie. Le taux repo (reverse repo) à 7 jours a été abaissé de 2.50% à 2.40% afin de réduire le coût des emprunts à court-terme.

Les Bourses de Chine continentale ont rebondi ce mardi

Les investisseurs, eux, évitent de prendre trop de risques et s’éloignent progressivement des marchés actions, très sensibles aux incertitudes. Dans un tel contexte, ce sont les marchés obligataires, considérés comme actifs refuges, qui en profitent. A titre d’exemple, le rendement du Bund a atteint son niveau le plus bas depuis octobre 2018 à -0.43%.

Mardi, les Bourses de Chine continentale ont toutefois rebondi, au lendemain d’un spectaculaire plongeon. Un peu rassurées par les moyens mis en œuvre par la banque centrale.

Dans le même temps, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et son allié russe discutent à Vienne d’une nouvelle éventuelle réduction de la production, compte tenu de « l’impact de l’épidémie ».

Plus de 426 morts depuis décembre 2019

L’inquiétude grandit néanmoins chez les autorités chinoises après un premier cas de décès à Hong Kong. Elles ont pris de nouvelles mesures de confinement ce mardi près de Shanghai, la capitale économique.

Le nombre des morts depuis décembre 2019 s’élève à 426 (la plupart à Wuhan et dans la province du Hubei, dans le centre, dont cette ville est le chef-lieu). Ce chiffre est largement supérieur à celui des personnes tuées par le Sras – 349 en 2002-2003 en Chine.

Après notamment la quarantaine imposée de facto à une grande partie du Hubei et à ses plus de 50 millions d’habitants, trois agglomérations de la province orientale du Zhejiang ont aussi pris de nouvelles dispositions en vue de limiter les déplacements. Des décisions similaires sont entrées en vigueur à Taizhou et dans trois quartiers de Ningbo, impactant neuf millions de personnes.

Le coronavirus va plomber l’économie chinoise

Macao a de son côté décidé de fermer l’ensemble de ses célèbres casinos, véritables poumons économiques de cette région autonome chinoise, et ce pour une période de deux semaines. De nombreuses métropoles, parmi lesquelles Shanghai, ont appelé les entreprises à garder portes closes une semaine de plus. Quant aux écoles et des universités, elles ont ajourné la reprise des cours. Sans compter le tourisme et la production des firmes internationales au ralenti. C’est donc l’économie chinoise qui risque d’être sérieusement plombée par le coronavirus.

Au Japon voisin, les autorités ont bloqué plus de 2.500 touristes et un millier de membres de l’équipage présents sur un bateau de croisière, en raison d’un cas avéré à son bord.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.