Livret A : taux historiquement bas en février 2020

0
80
Billets et pièces d'euros

Le livret A, historiquement connu pour être le placement préféré des français en raison de taux records, va de nouveaux voir son taux baisser en février 2020. Le taux du livret A va tomber à 0,5% et ainsi atteindre son taux le plus bas depuis sa création. Un placement bien loin des 8,5% d’intérêts atteints entre 1981 et 1983.

Bruno Le Maire s’aligne sur l’écosystème économique mondial

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, justifie cette nouvelle baisse du taux d’intérêt du livret A en partie avec la faible inflation que connaît le pays (1,2%). Il complète son raisonnement déclarant que l’environnement dans lequel évoluent les économies mondiales depuis plusieurs années se base sur des taux d’intérêts très bas.

C’est un “choix de responsabilité” explique Bruno Le Maire. Pour lui, cette baisse correspond à une mesure obligatoire vis-à-vis de l’environnement économique actuel.

Le ministre de l’économie a tout de même concédé qu’il ne s’agissait pas là “de décisions que l’on prend facilement” et que cette mesure ne coûterait “que quelques centimes par mois” aux français.

L’opposition critique cette nouvelle baisse du livret A

Du côté de l’opposition, cette baisse est très mal perçue, dans un contexte de fortes mobilisations sociales contre la précarité. Pour rassurer tenter d’apaiser les tensions, Bruno Le Maire assure que le plancher des 0,5% ne sera pas franchi.

Des deux côtés de l’échiquier politique, les différents acteurs critiquent cette réforme. Du côté de la gauche, le député communiste du Nord, Fabien Roussel, met en opposition ce “niveau historiquement bas du taux de livret A” au “record de dividendes distribués aux actionnaires du CAC 40″. À droite, Nicolas Dupont-Aignan président de Debout La France, fustige cette “spoliation des ménages qui bossent, qui économisent pour leurs projets dans la vie, qui veulent aider leurs enfants.”.

Pour les syndicats, la Confédération française démocratique du travail (CFDT) et en particulier son secrétaire général, Laurent Berger, ont déclaré : “Ce n’est pas un bon signal à l’endroit des classes populaires”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.