Supeco : Carrefour retente sa chance en France avec le discount

0
117
Le logo e Supeco

 

Un an après la fermeture de ses magasins Dia, Carrefour va retenter sa chance en France avec le discount. Le géant de la distribution va ouvrir en septembre deux enseignes Supeco, un concept qui a fait ses preuves dans des pays comme l’Espagne.

Qui ne (re)tente rien n’a jamais rien

Sur les cendres de Dia, son réseau de magasins discounts, Carrefour va retenter l’aventure en France avec Supeco. Le groupe engagé depuis plus de 18 mois dans une mutation profonde, a annoncé l’ouverture prochaine de deux magasins Supeco dans le nord de la France : le premier à Valenciennes (Nord) le 4 septembre, le second à Onnaing (Nord) le 25 septembre. Ces deux magasins sont sous l’égide Carrefour Market pour l’instant.

« Ce sont des magasins tests, on se laisse l’opportunité de voir comment la clientèle réagit avant d’envisager la suite », précise le distributeur qui fait face à une concurrence féroce en France.

« Il ne s’agit pas d’un copier-coller de ce qui est fait en Espagne »

Carrefour importe son modèle du voisin du sud. En effet, Supeco (contraction de « supermercado economico » pour « supermarché économique »), est une enseigne de supermarché discount originaire d’Espagne. Lancée dans ce pays en 2012, elle s’est largement inspirée d’Atacadao, l’enseigne brésilienne de cash & carry rachetée en 2007 et devenue l’une des pépites du groupe en Amérique latine. Supeco s’est progressivement implantée en Europe jusqu’à détenir aujourd’hui 41 magasins : 23 en Espagne, 15 en Roumanie, 2 en Pologne et 1 en Italie. En Afrique, Carrefour a noué un contrat de franchise avec CFAO, leader local de la distribution, qui l’exploite sous forme de plus petits magasins.

Pourtant, Carrefour assure qu’« Il ne s’agit pas d’un copier-coller de ce qui est fait ailleurs, en Espagne ou en Roumanie qui sont vraiment des modèles tournés vers le hard discount. Ce que nous proposons est différent. ». Pour le distributeur « Il s’agit de proposer un nouveau format pour répondre aux différentes typologies de demandes des consommateurs ».

Des similitudes avec Lidl et Aldi

En revanche il y a une certaine ressemblance en France avec Lidl ou Aldi. Carrefour promet en effet un design avec « un mobilier et un code couleurs afin de proposer une expérience d’achat agréable », alors que les magasins espagnols vendent des produits sur une palette, type entrepôt.

Les magasins Supeco en France abriteront un rayon frais, une boulangerie et une boucherie. Ils offriront un mélange de marques de distributeur et de marques nationales, sans oublier le coin des bonnes affaires, pour répondre aux changements d’habitudes des consommateurs. Chaque enseigne s’étalera sur une superficie de 1300 m2 pour 2 000 références proposées. A titre de comparaison, un Carrefour Market expose en moyenne 15 000 références.

Rien à voir avec Dia

Si la comparaison est également tentante, Carrefour indique que Supeco n’aura rien à voir avec l’enseigne Dia, dont la fermeture l’an dernier de 243 magasins a entraîné le licenciement de quelque 1500 personnes. « Il ne faut pas faire de raccourcis, assure-t-on chez Carrefour. Dia, c’était du hard-discount. Avec Supeco, on est plutôt sur une logique de bons produits à bons prix. ». Le géant de la distribution ajoute : « Ce sera un concept adapté au marché français, avec un modèle hybride, entre le supermarché traditionnel et le cash & carry qui associe des prix bas avec des bons produits ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.