Rapport de l’Insee : Les indices de pauvreté de la France dans l’UE

0
170
Personne tenant des Euros en main

 

L’Insee a dévoilé ce mardi les principaux indices économiques et sociaux de la France dans l’Union européenne (UE), à l’issue d’un an d’enquête. L’institut s’est appesanti sur deux aspects que sont la pauvreté monétaire et la privation matérielle et sociale.

Focus sur deux indicateurs

L’Insee a rendu public ce mardi son rapport sur « La France dans l’Union européenne ». Cette étude établit les principaux indicateurs économiques et matériels de la France au sein de l’UE afin d’affiner les données sur la pauvreté. « Nous avons analysé la pauvreté monétaire et la privation matérielle et sociale, qui sont deux approches différentes de la pauvreté. La première se fonde sur le revenu des ménages, la seconde sur les conditions de vie. » a expliqué Julien Blasco, économiste et spécialiste des inégalités

Au niveau de l’indicateur de privation matérielle et sociale, l’Insee a pris en compte treize éléments de la vie courante considérés comme nécessaires. Il s’agit : pouvoir s’acheter une voiture, des vêtements, des meubles neufs, pouvoir se payer des vacances et ne pas concéder des impayés, entre autres.

Quelques chiffres publiés par l’Insee

Selon le rapport de l’Insee, la France possède le 6e taux le plus bas de pauvreté monétaire de l’Union européenne avec 13,6% et un taux de privation matérielle et sociale médian de 12,7%. Les deux indicateurs réunis, l’Hexagone 5,5% de sa population est concernée, contre 50% dans l’Union européenne.

Aussi, l’Insee a considéré la question du chômage et du sous-emploi. A ce niveau, la France ne jouit pas d’un bon classement. Avec 9,4 % de sa population sans emploi en 2017, elle est le 6e pays le plus touché par le chômage, après la Grèce, l’Espagne, la Croatie, l’Italie et Chypre. En outre, l’insatisfaction grimpe à 19 %, un taux bien supérieur à celui des autres pays de l’Europe du Nord et de l’Ouest, sauf le Royaume Uni et l’Allemagne. Seuls les Etats de l’Europe de l’est ne sont pas mieux logés. La Bulgarie et la Roumanie, par exemple, affichent un taux de privation matérielle et sociale de 47 %.

En outre, l’Insee révèle que 90 % des personnes en proie à une privation matérielle et sociale sont issues des familles monoparentales au chômage. Ces familles sont trois fois plus touchées par la pauvreté que les couples sans enfants, et les chômeurs, quatre fois plus que les personnes en emploi.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.