Les Paradise Papers sèment le trouble

0
321

Les révélations faites par un consortium de journalistes internationaux sur l’évasion fiscale, baptisées “Paradise Papers”, ont mis en cause de nombreuses personnalités et institutions de premier plan.

La Reine d’Angleterre elle-même a-t-elle recours à l’évasion fiscale ? C’est l’une des révélations choc publiées dans les Paradise Papers aujourd’hui, lundi 6 novembre 2017.

Pendant plusieurs mois, des dizaines de journalistes du monde entier, membres du Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ), ont fouillé plus de 7 millions de documents issus d’un leak autour du cabinet international d’avocat basé aux Bermudes, Appleby.

Ce matin, les rédactions des journaux qui emploient ces journalistes ont commencé à publier les premières révélations de cette enquête, baptisée Paradise Papers.

Contrairement aux Panama Papers, ces dossier ne montrent pas des pratiques illégales de blanchiment d’argent, mais plutôt des pratiques d’exil fiscal massifs, qui frolent avec la légalité.

Parmi les personnalités citées, un proche du premier ministre canadien, Justin Trudeau, plusieurs proches du président américain, Donald Trump, et, plus surprenant, la Reine d’Angleterre.

Cette dernière, par le biais de ses conseillers financiers via son domaine privé, le Duché de Lancaster, a placé 10 millions de livres aux îles Caïmans et aux Bermudes.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.