MiCare met en relation les migrants et les séniors

0
588

MiCare poursuit un cap depuis 2020 : favoriser l’insertion socio-professionnelle des publics migrants dans le secteur de la dépendance et du maintien à domicile, et ce dans toute l’Europe. Coordonné par IPERIA, le projet s’est clôturé le 19 juin dernier, avec des résultats prometteurs.

L’année dernière, 21,1% des citoyens européens avaient plus de 65 ans, selon Eurostat. Une progression de 0,3 points par rapport à 2021, et de 3,1 points comparé à 2012. Des données qui traduisent un vieillissement de la population dans l’UE.

Ce phénomène devrait s’accroître dans les années à venir. Eurostat prévoit que les séniors représenteront près de 30% de la population totale d’ici 2050. La part des personnes âgées de 80 ans ou plus devrait même être multipliée par 2,5 à l’horizon 2100, passant de 6,0% à 14,6%.

Alors que la population européenne vieillit, les besoins dans le volet de la dépendance et du maintien à domicile augmentent. Or ce secteur d’activité manque de ressources humaines. Une problématique quand on sait que 800 000 emplois à domicile seront à pourvoir dans sept ans (Observatoire de l’emploi à domicile) en France.

Ce secteur en tension peut toutefois compter sur la population d’origine étrangère, et en particulier les femmes, qui représentent une grande part des effectifs. En France, 1 salarié sur 5 en exerçant un emploi à domicile est une femme étrangère par exemple. L’intégration des étrangers dans ces métiers d’aide à la personne représente donc un levier permettant à l’Europe d’assurer le bien-être de ses séniors.

C’est l’objectif visé depuis 3 ans par MiCare, un projet européen coordonné par la plateforme nationale de professionnalisation IPERIA qui travaille à favoriser l’insertion socio-professionnelle des publics migrants dans le secteur de la dépendance et du maintien à domicile.

Pour mettre en relation les personnes venues de l’étranger avec le secteur, IPERIA et ses 5 partenaires européens ont imaginé un parcours de professionnalisation inédit. 78 candidates, dont 19 vivants en France, ont suivi une formation individualisée, adaptée à leurs codes culturels mais également aux attentes différentes selon les pays d’activité.

Elaboré à partir d’un référentiel listant les savoirs requis pour accompagner les personnes âgées, MiCare s’appuie sur un outil de positionnement des compétences mis en œuvre par IPERIA et une formation de 42 heures divisée en 5 modules.

« Partir du postulat que les personnes n’ont rien, viennent de nulle part, et qu’il faut les former de A à Z, c’est faux. Quand on arrive d’un pays tiers, on a automatiquement un vécu, des connaissances et des compétences. Nous nous sommes donc posé la question : ne peut-on pas créer un outil de positionnement des compétences pour nous permettre de regarder l’expérience que les personnes ont déjà, leurs qualités, leurs compétences, et celles qui leur manquent ? Que peut-on proposer comme accompagnement de parcours ? Notre choix est l’individualisation pour arriver jusqu’au métier et pénétrer le domicile dans les meilleures conditions », précise la Directrice déléguée d’IPERIA Nadège Turco.

Le projet MiCare s’est clôturé le 19 juin dernier lors d’une conférence organisée à Paris. Les acteurs saluent des résultats prometteurs démontrant que le secteur des particuliers employeurs et de l’emploi à domicile assure l’intégration professionnelle et sociale des publics migrants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.