La taxe foncière a fortement augmenté en 2022

0
80
Une propriété privée avec piscine.
Photo by DaYsO on Unsplash

 

Dans de nombreuses villes françaises, la taxe foncière a considérablement augmenté cette année. A Marseille, Tours et Strasbourg, elle a atteint respectivement 13%, 11% et 8,9%. Contre une hausse moyenne de près de 2% sur tout le territoire national.

Mantes-la-Jolie en tête des hausses 

Cette année, la taxe foncière a explosé dans de nombreuses villes et collectivités de France. Parmi les communes qui enregistrent une forte progression figurent Strasbourg et Nantes avec un taux respectif de 8,9 et 7,8 %. À Tours, la taxe foncière a augmenté de 11,6% en un an, et à Marseille, elle dépasse même 13%. Au niveau des collectivités, le record revient à Mantes-la-Jolie (Yvelines) qui enregistre un bond de près de 19 % depuis le début de l’année.

Le podium des hausses se compose aussi de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) et de Martigues (Bouches-du-Rhône) où la progression s’élève respectivement à 15% et 14,2%. Pour le reste, c’est un peu moins marqué, mais toujours aussi important. Par exemple Pantin (Seine-Saint-Denis) et Pau (Pyrénées-Atlantiques) affichent 10% de hausse. Quant à La Roche-sur-Yon (Vendée) et Montreuil (Seine-Saint-Denis), ils font part d’une progression de 7,9% et 7,4% depuis le début de l’année.

Deux facteurs à l’origine d’une hausse

En moyenne, la taxe foncière s’élève à près de 2 % sur l’ensemble du territoire français en 2022. Cette hausse s’explique par la revalorisation générale adoptée par le Parlement dans le cadre du budget annuel. Ce relèvement suit ou plus moins le cours de l’inflation qui a atteint 5,9 % sur un an en août, alors qu’elle n’était que de 0,2 % l’année précédente. La hausse de la taxe foncière est également due au choix des collectivités. Celles-ci peuvent décider indépendamment d’augmenter ou de réduire le taux appliqué sur leur territoire. Cette majoration influe énormément sur le cours de l’impôt du bâti.

Un taux d’imposition moindre dans les petites villes

Or, selon les chiffres compilés par le cabinet spécialisé FSL, plus d’un quart des grandes villes (de plus de 100.000 habitants) et leurs groupements ont relevé leur taux d’imposition de 1,9 % en 2022. C’est la plus forte augmentation constatée depuis 2010, même si elle intervient après cinq années de modération sur ce front fiscal. Pour les plus petites villes (de 40.000 à 100.000 habitants), en revanche, la croissance moyenne n’attend que 0,9 %. Notons en outre que le montant de la taxe foncière peut varier en fonction des travaux d’aménagement ou d’agrandissement d’une habitation. Il peut s’agir par exemple de l’installation d’une piscine.

Le Fisc traque les piscines non déclarées

La Direction générale des Finances publiques (DGFIP) a d’ailleurs récemment déployé des logiciels d’intelligence artificielle sur des images aériennes pour détecter les piscines non déclarées. Cette traque aurait permis de recenser 20 000 piscines supplémentaires dans les neuf départements où l’expérimentation a eu lieu. Ce sont : les Alpes-Maritimes, l’Ardèche, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Savoie, le Maine-et-Loire, le Morbihan, le Rhône, la Var et la Vendée. Le Fisc compte désormais généraliser sa technique à l’ensemble des départements hexagonaux. Il réfléchit même à son extension à d’autres formes de bâti non déclaré comme les grands abris de jardin et les grandes dépendances.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.