Les enseignes de grande consommation alimentaire rivalisent de stratégies envers la clientèle

0
353

E.Leclerc propose désormais des repas à un euro chacun pour ses clients à faibles revenus. L’initiative censée favoriser les ménages en proie à la crise du Coronavirus s’inscrit dans la droite ligne des stratégies développées par le secteur de la grande consommation dans cette conjoncture économique difficile.

21 repas à 21 euros par semaine, à raison d’un euro pour chaque menu. C’est la dernière offre en date de E.Leclerc en direction des ménages défavorisés. Il s’agit dans le détail de quatre paniers aux menus divers et variés à base de produits de la marque Repère ou Eco. L’enseigne qui a même pensé aux végétariens, ajoute que ces menus se veulent parfaitement équilibrés et aux normes requises en matière d’apport nutritionnel. L’offre effective depuis le 8 mars dernier n’est par ailleurs, frappée d’aucune limitation de durée. Surtout, elle vient s’ajouter à une autre offre lancée il y a un mois environ en faveur des étudiants précaires. Depuis la fin février, ces derniers peuvent en effet s’offrir des repas à moins de deux euros auprès de l’entreprise agroalimentaire.

Des revenus fragiles énormément courtisés

Il s’agit d’un énième appel du pied du secteur de la grande distribution à l’endroit de la catégorie de population la plus affectée financièrement par la crise du Covid. Avant ces deux offres de Leclerc, les enseignes Casino avaient aussi déployé une stratégie commerciale en direction des étudiants. Ces derniers ont notamment droit à une réduction substantielle de 10 % sur tous les produits de la marque Casino achetés. À cela, il faut ajouter la possibilité offerte aux clients de disposer de trois repas complets contre 2, 5 à 10 euros.

Des enseignes concurrentes telles que Picard et Intermarché entre autres, proposent également des offres similaires. Sous des airs de bons samaritains, l’objectif est de séduire une clientèle plus réceptive que d’autres à ce genre de propositions à prix cassés. Et en la matière, les étudiants et autres foyers à faibles revenus constituent une cible idéale dans ce contexte de crise économique due à la pandémie.

En mal de moyens financiers, parfois isolés du cocon familial, les étudiants en l’occurrence, comptent parmi les plus affectés par la situation sanitaire. D’autant que même les plus débrouillards ont fini par perdre leur petit boulot. Dans ces conditions, le fait de pouvoir se nourrir convenablement devient un défi de tous les jours. Plusieurs étudiants ont récemment avoué être contraints à sauter des repas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.