Médecin traitant : il est de plus en plus difficile d’en trouver

0
53
Un médecin tenant son stethoscope

 

Trouver un médecin traitant devient de plus en plus difficile en France. Selon l’UFC-Que Choisir, 44% des généralistes refusent de prendre de nouveaux patients en tant que médecin traitant. Les agglomérations de 10 000 à 100 000 habitants sont les plus concernées par ce phénomène.

D’après une enquête menée dans le mois de juin par l’association UFC-Que Choisir, 44% des généralistes refusent de prendre de nouveaux patients en tant que médecin traitant et 9% se contentent d’un accord de principe, à valider au moment de la première consultation.. Un phénomène qui s’accentue dans les petites et moyennes villes de 10 000 à 100 000 habitants. Cette situation pénalise les assurés « sans médecin fixe », moins bien remboursés par la Sécu.

La Sarthe en tête avec 92% de refus

UFC – Que Choisir a également interrogé les médecins de 78 départements de métropole et d’outre-mer sur les raisons de leur refus. Les praticiens invoquent une clientèle déjà trop nombreuse (71%) ou un départ prochain à la retraite (14%).

Dans certains départements, le pourcentage de refus atteint même des sommets. C’est le cas notamment dans la Sarthe (92%), en Ardèche (88%) et en Seine-et-Marne (86%). En Meurthe-et-Moselle et dans le Bas-Rhin, un médecin sur cinq refuse les nouveaux patients, tandis qu’ils sont 78% en Charente et 70% dans l’Allier.

La disponibilité des médecins varie aussi selon la taille de la ville. Dans les communes de moins de 3 000 habitants, le taux de refus est de 33%, de 52% dans les villes de 10 000 à 100 000 habitants et de 34% dans les villes de plus de 100 000 habitants. Au total, un Français sur dix n’aurait pas de médecin généraliste.

Que propose l’UFC pour y remédier ?

L’association demande d’abord aux parlementaires d’adopter, le 5 décembre prochain, la proposition de loi du député de la Mayenne, Guillaume Garot, contre les déserts médicaux. Elle préconise par exemple de lancer un conventionnement territorial, qui empêcherait l’installation des médecins dans les zones déjà bien pourvues. Elle souhaite ensuite que le gouvernement mette fin à la pénalisation financière des assurés sans médecin traitant.

La télémédecine, une autre solution ? 

La télémédecine serait une autre solution. Elle pourrait aider les patients à trouver plus facilement un médecin traitant. Depuis septembre 2018, elle est prise en charge par l’Assurance maladie. Entre septembre 2018 et septembre 2019, il y a eu au total 60 000 téléconsultations, contre environ 350 000 millions de consultations physiques.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.