Croissance : les montagnes russes de l’économie

0
85

Il y a un mois, le ministre de l’économie Bruno Lemaire revoyait l’objectif de croissance à la baisse. En effet, l’homme politique a affirmé que les 2 % souhaités allaient avoir du mal à être atteints et a reconnu que la France ne tiendra pas son objectif de 2,3% de déficit public en 2018… 

Une révision des perspectives de croissances

Pour le gouvernement et surtout pour le ministre de l’Economie, l’année 2018 devait être pleine de surprises et de preuves concrètes, concernant la croissance du pays. Mais il semblerait que les désirs aient été bien trop vite pour des réalités. En effet, compte tenu de la faible évolution du PIB, Bruno Le Maire a annoncé qu’il serait « dans l’obligation de revoir ses prévisions de croissance pour 2018. En effet, le PIB a seulement augmenté de 0,2 % lors du premier trimestre 2018, une bien maigre augmentation. Nous réviserons les perspectives de croissance pour 2018. Nous avons toujours fait preuve de sincérité, j’y tiens plus que tout», a expliqué Bruno Le Maire.

Une confirmation de l’Insee attendue

« S’agissant de la croissance 2018, Bruno Le Maire a souligné que le consensus des économistes la situait à 1,7%, une « hypothèse qui semble raisonnable » mais que le gouvernement, qui tablait sur 2,0% depuis le printemps, ne retiendra définitivement que si l’Insee confirme mercredi le début d’année poussif de l’économie française », explique le site d’informations FranceInfo.

Bruno Le Maire admet que le 0,2% de croissance enregistré entre avril et juin est «décevant». Les causes sont connues: «Il y a eu des grèves, l’augmentation du prix du pétrole, le climat international avec cette guerre commerciale qui nuit à l’activité économique. Cela m’amène à me battre pour continuer à accélérer sur les réformes. Il faut tenir son cap. C’est comme ça qu’on aura des résultats. Rien ne doit nous détourner de nos efforts pour accélérer la croissance», a expliqué le ministre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here