États-Unis : bienvenue au minage du bitcoin

0
174

Le pays de l’Oncle Sam est devenu en un temps record la destination favorite des émissions de la plus célèbre des cryptomonnaies, au détriment d’une Chine de plus en plus répressive contre les devises numériques décentralisées.

C’est ce qu’on appelle un véritable bond en avant. La Chine restée pendant plusieurs années le pays par excellence du minage du bitcoin se fait désormais distancer – et de très loin – par son concurrent états-unien. C’est en tout cas ce qu’indique la récente étude de l’Université de Cambridge consacrée au sujet. Dévoilé le 13 octobre, le rapport estime à 35,4% la part des États-Unis dans l’industrie mondiale du minage du bitcoin, soit le plus fort taux attribué à une nation.

Pour comprendre la percée américaine dans cette industrie, il faut mettre en perspective ses chiffres avec ceux de la Chine. Autrefois leader mondial dans le domaine avec un taux de 75% en 2019, l’Empire du Milieu est désormais au plus bas avec 0%, selon l’Université de Cambridge. Officiellement donc, il n’y aurait plus aucune activité de minage sur le territoire chinois, à en croire ces données. Une assertion difficilement croyable étant donné que le mode de calcul adopté par les chercheurs tient compte des adresses IP des ordinateurs dédiés au minage dont la vraie localisation peut être facilement masquée grâce à un réseau VPN.

Pression chinoise

Reste que l’influence chinoise dans le minage des bitcoins a bien régressé ces derniers temps. Puisque 40% des activités mondiales de minage s’y déroulaient encore au mois de juillet. Mais depuis, la donne a rapidement changé. Lasses du caractère à la fois énergivore et destructeur pour l’environnement du processus de minage de la plus vieille des cryptodevises, les autorités du pays ont sorti l’arme répressive, faisant fuir les acteurs vers d’autres destinations plus enclines à les accueillir.

Au nombre de ces nouveaux eldorados figurent notamment les pays de l’Amérique du Nord et ceux de l’Asie centrale, dont le Kazakhstan, voisin deuxième derrière les États-Unis avec 18%. La Russie ferme le trio de tête forte des 11% d’activités de minage localisées sur son territoire. Dans tous ces pays, l’attraction est la même pour mineurs : de la ressource énergétique bon marché et une certaine permissivité de la législation locale vis-à-vis des devises virtuelles en général. En tout cas à l’opposé du contexte de chasse aux cryptomonnaies désormais ouverte en Chine qui souhaite par ailleurs faire de la place au e-yuan, sa propre monnaie numérique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.