Bolsonaro et l’économie du Brésil

0
52

Jair Bolsonaro a remporté dimanche 28 octobre l’élection présidentielle brésilienne avec 55% des suffrages et près de onze millions de voix d’avance sur le candidat de la gauche, Fernando Haddad. Le président élu qui prendra ses fonctions le 1er janvier 2019 avoue lui-même ne rien connaitre à l’économie. Il est cependant entouré de « Chicago boys » et compte appliquer un programme libéral. Il a promis de « changer le modèle économique du pays » en confiant ce pan de sa politique à un ancien banquier.

Son conseiller pour les questions économiques est un ancien banquier de 69 ans, Paulo Guedes. Il devrait devenir un super-ministre en charge de l’économie, des finances, du commerce et des investissements publics. Il souhaite mener une politique à l’encontre des politiques de Dilma Roussef et de l’ancien président Lula.

 Un grand nombre d’entreprises publiques, 150 peut-être, devraient être vendues à des investisseurs privés pour la somme de 200 milliards de dollars afin de baisser la dette du pays. Ne devrait pas être concernés les deux géants de l’énergie, Petrobras (pétrole, gaz) et Eletrobras (électricité) ainsi que les banques publiques.

Jair Bolsonaro a l’intention de faire de sa présidence l’ère du soja et de l’agro-business. Ce dernier représente actuellement 22% du PIB du pays, 16% des emplois et 44% des exportations. Aujourd’hui un steak de soja sur cinq dans le monde est fabriqué au Brésil. Bolsonaro compte sortir des accords de Paris et utiliser l’Amazonie comme un vaste champ pour les producteurs de soja, de canne à sucre et les éleveurs de bovins. Au Brésil 1% des propriétaires terriens détiennent presque 50% des terres cultivables.

Depuis des années, les amérindiens de l’Amazonie brésilienne se battent pour conserver intact un maximum de leurs terres, avec à leurs côtés de nombreux écologistes. A contre-courant total des politiques misent en place sous les précédents gouvernements, Jair Bolsonaro affirmait le 2 février dernier : « Si je devais assumer [la présidence], l’Indien n’aura plus un centimètre de terre ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here