Arrêts maladie : les patrons refusent de payer

0
82

Il y a deux semaines, le gouvernement a annoncé vouloir mettre fin au remboursement des arrêts maladies par la Sécurité Sociale : les patrons ont alors été désignés pour être les prochains payeurs. Mais comme cela était à prévoir, le patronat refuse catégoriquement de payer.

La nouvelle idée du gouvernement…

Afin de réaliser des économies et surtout de réduire le nombre d’arrêts maladie, le gouvernement est entrain de réfléchir à une nouvelle piste de financement de ces arrêts, suite à un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales. Il semblerait que les entreprises devront mettre la main à la poche pour payer eux-mêmes les arrêts maladie.

Aujourd’hui, lors d’un arrêt de travail,les trois premiers jours d’arrêt ne sont pas indemnisés. Après cette période appelée carence, suivent les versements des indemnités journalières par la sécurité sociale. Avec cette mesure portant sur les arrêts maladie de moins de huit jours, ce sont les employeurs qui paieraient les indemnités des jours restants. Cet étonnant projet pourrait coûter la modique somme de 900 millions d’euros aux entreprises.

… totalement réfutée par le patronat

Ce « transfert aux entreprises constituerait une charge que nous ne pouvons accepter », ont rétorqué  d’une seule voix le Medef, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) et l’U2P, qui représente les artisans, les commerçants et les professions libérales.

« On n’est pas sur des sommes futiles, on parle de charges massives. Une telle décision aurait forcément des conséquences en terme d’économie et d’emplois », dénonce sur France 2 Jean-Michel Pottier, vice-président de la CPME. »Le principe n’est pas acceptable. On ne peut pas dire qu’on baisse les charges pour les entreprises et, à côté, nous taper dessus à la première occasion« , s’insurge Alain Griset, le président de l’U2P, dans les colonnes du Figaro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here